ENQUÊTE DE SURVEILLANCE BIOCOMPORTEMENTALE AUPRÈS DES POPULATIONS CLES À RISQUE DE L’INFECTION PAR LE VIH DANS 14 PROVINCES, 2018-2019

En plus de la population générale, le Programme National de lutte contre le VIH/SIDA et les ISTs (PNLS) à travers ces différents plans stratégiques identifie les sous-populations clés, moteurs de la transmission de l’infection à VIH, et des sous-populations vulnérables. Ces souspopulations comprennent les notamment les PS, les HSH, les UDI, camionneurs, les miniers et les pêcheurs. Pour avoir des données sur les différents facteurs de risque du VIH au sein de ces sous-populations à haut risque, la RDC organise une surveillance dite de seconde génération qui comprend la surveillance biologique et comportementale ainsi que la notification des cas.

RAPPORT NATIONAL DE SUIVI DE L’EVOLUTION DU VIH/Sida

Le processus d’élaboration du rapport GAM 2019 s’est déroulé sous le leadership du Secrétariat Exécutif National du Programme National Multisectoriel de Lutte contre le Sida (SEN-PNMLS) avec la participation de l’ensemble des parties prenantes dans la lutte contre le sida au niveau national, plus particulièrement les Experts de la Task-Force national Suivi-Evaluation.

RAPPORT GAM 2017-2018 RDC

Le processus d’élaboration de ce rapport GAM 2017-2018 s’est déroulé sous le leadership du Secrétariat Exécutif National du Programme National Multisectoriel de lutte contre le sida (SENPNMLS) avec la participation de l’ensemble des parties prenantes dans la lutte contre le sida au niveau national, plus particulièrement les Experts de la Task-Force national Suivi-Evaluation.

RAPPORT SUR L’ESTIMATION DES FLUX DES DEPENSES ALLOUEES A LA RIPOSTE AU VIH ET SIDA EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

Le financement de la riposte nationale au VIH et Sida en RD Congo repose sur un trépied constitué des : o Apports extérieurs (PEPFAR et FM y compris les autres partenaires bi et multilatéraux) : Représentant plus de 87% des fonds mobilisés ; o Fonds privés (entreprises et ONG locales) : Fonds qui ne dépassent pas 1% durant les trois années couvertes par l’étude REDES ; o Fonds du Gouvernement de la République : avec une moyenne 17%. En 2010, l’enquête menée par le Programme National des Comptes Nationaux de la Santé en sigle « PNCNS » a démontré que les ménages (spécifiquement les PVVIH) consentent des dépenses importantes dans la lutte contre le VIH/sida (plus de 45% des dépenses globales) et sont encore obligés de faire face à des coûts parfois énormes pour leur auto-prise en charge, en dépit de mu...


Contact

#